L' iguane commun ou rayé (Iguana iguana)

Classification de l'iguane commun :

 

 Ordre : Squamate

   Famille : Iguanidae

     Genre : Iguana

       Espèce : Iguana iguana

Quelques informations :

Longueur : jusqu’à 200 cm (queue comprise)

Poids : jusqu’à 4 kg dans les Petites Antilles
Maturité sexuelle : de trois à huit ans pour les femelles
Espérance de vie : estimée à 15-20 ans
Statut UICN : pas de données, sans doute - Préoccupation mineure

Protection : non-protégée dans les Antilles françaises

Les iguanes communs sont des reptiles largement répartis en Amérique du Sud et centrale. Ces dernières décénnies avec l’implication de l’homme, ils se sont dispersés dans la zone inter-tropicale et sont arrivés dans les Petites Antilles.

Ironiquement, malgré les problèmes de surchasse dans ses régions d’occupation naturelle qui la mettent localement en péril, cette espèce possède un potentiel invasif important, devenant souvent un problème écologique là où elle est introduite.

 

C’est le cas dans les Petites Antilles où l’iguane commun remplace peu à peu l’iguane endémique de ces îles.

 
 
 

Description : 

 

L’iguane commun peut varier en taille de 7.7 cm du museau au cloaque (SVL) chez les nouveau-nés jusqu’à plus de 50 cm SVL chez les mâles adultes, la longueur totale du corps si on inclut la queue approchant les 2 m. La couleur des individus change naturellement au cours du temps : les nouveaux nés sont d’un vert brillant avec une bande bleue claire sur les membres antérieurs et les paupières sombres. Les juvéniles sont verts clairs et les adultes sont verts foncés. Contrairement à l’iguane des Petites Antilles, l’iguane commun possède une grosse écaille blanche sous le tympan (écaille subtympanique) qui peut atteindre 2.5 cm de diamètre, cette écaille est d’autant plus grande que l’individu est âgé. Elle est prolongée vers l’avant par des écailles de petite taille formant une sorte de mosaïque. Le fanon présente plus de 10 épines dans sa partie inférieure. Une de ses caractéristiques les plus reconnaissables est sa queue annelée (vert gris plus ou moins prononcé avec des rayures noirâtres).

Ils possèdent également une longue rangée d’épines sur le haut du corps jusqu’au bout de la  queue. La queue des iguanes communs peut se détacher si elle est attrapée. La possibilité de perdre, volontairement, un morceau de sa queue puis de la faire repousser (autotomie) donne à l’iguane commun de meilleures chances de survies face aux prédateurs.

 

Dimorphisme sexuel :

 

La différence entre les mâles et les femelles est bien marquée chez cette espèce. Le mâle est plus grand que la femelle, les épines de sa crête dorsale sont plus hautes, la plaque subtympanique est bien plus développée le fanon est plus large et la base de sa queue est renflée sur 4-6 cm de longueur. Les mâles peuvent prendre une teinte orangée pendant la saison de reproduction, leur tête prend une teinte bleutée et les pores fémoraux sont très développés. Tout comme chez l’iguane des Petites Antilles, chez les jeunes il est difficile de différencier les deux sexes sans regarder leurs morphologies cloacales.

 

Régime alimentaire :

 

L’iguane commun est végétarien et mange des fruits, des feuilles et des fleurs. Il se nourrit d’une grande variété de plantes, notamment les espèces incluses dans la diète de son congénère Iguana delicatissima. Il est néanmoins très opportuniste, on en retrouve facilement dans les décharges et les poubelles. Certains ont été observés en train de manger des charognes ou des excréments mais cela serait sans doute pour renforcer leur flore intestinale.

 

Reproduction :

 

Les iguanes communs sont en général plus compétitifs que les iguanes des Petites Antilles, ils peuvent produire plus d’œufs (30 œufs en moyenne pour Iguana iguana, 10 à 20 pour Iguana delicatissima), ils sont plus gros, plus forts, et apparemment plus opportunistes dans leurs choix de nourriture. (Breuil, 2003)

L’hybridation de l’iguane commun avec l’iguane des Petites Antilles est actuellement un des premiers facteurs de disparition de ce dernier : les hybrides, fertiles, constituent des populations à part entière qui, avec celles des iguanes communs, prennent rapidement le pas sur les populations d’origine d’iguane des Petites Antilles.

 

Répartition & Habitat :

 

L'iguane commun est natif des régions tropicales d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale, et y habite les régions de Basse altitude, depuis le Mexique, jusqu'au sud du Brésil. On le retrouve dans divers habitats montrant divers degrés d'anthropisation, principalement, les régions côtières, les mangroves, ou centre-ville à proximité de canaux, ou de baies. Il peut se trouver dans presque tous les environnements des îles des Petites Antilles et on l’a observé jusqu’à 400 m de hauteur

 
 
 

Menaces :

 

Utilisé depuis longtemps par l'homme comme source de protéines, et aujourd'hui largement utilisé comme animal de compagnie, il a malheureusement été déplacé par l'homme, et sa grande capacité d'adaptation lui a permis de s'installer en population dans de nombreuses zones, où il n'était pas présent.

 

Dans les régions où il n'est pas natif, il représente une menace pour la faune locale et endémique dont il peut entraîner la disparition notamment l'iguane des Petites Antilles (compétition pour l’espace et la nourriture et hybridation). L'iguane commun représente également une menace pour les activités humaines. Ils sont notamment connus pour être responsables de nombreux dégâts  sur les infrastructures (gêne pour le trafic aérien, court-circuit sur les lignes électriques, effondrements de route), le tourisme, l'agriculture et la biodiversité (en se nourrissant sur les cultures et dans les jardins, il entraîne la défoliation des plantes indigènes et ornementales). L'iguane commun est capable d'accroître très rapidement sa population pour atteindre des densités impressionnantes sur nos îles. Lorsque des individus reproducteurs se sont installés, la population semble doubler tous les 1,5 ans. Elle est actuellement évaluée à 500 000 individus sur Grand Caïman (une île 10 fois plus petite que la Guadeloupe) !

  • Facebook
  • gmail