Deux Iguanes dans les petites Antilles Françaises

Qu'est-ce qu'un Iguane ?

Les iguanes sont des reptiles végétariens à sang froid, ils peuvent être semi-arboricoles, terrestres ou mêmes marins. Les iguanes sont des Squamates (Squamata, du latin squama, qui signifie écaille) : reptiles à écailles comprenant tous les lézards (au sens large), serpents et amphisbènes (lézard sans pattes). Cet ordre regroupe les reptiles qui changent régulièrement de peau (qui muent par lambeaux).

 

L' iguane des Petites Antilles VS l'iguane commun

 

Il existe deux espèces d'iguanes dans les petites Antilles. L'iguane des Petites Antilles (Iguana delicatissima), espèce endémique classée en danger d'extinction par la liste rouge de l'IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) est maintenant menacé par l'iguane commun (Iguana iguana), espèce invasive en pleine expansion dans la zone intertropicale.

 

Ces deux espèces possèdent des caractéristiques morphologiques distinctes notamment au niveau de la tête (présence/absence d'une grosse écaille blanche sous le tympan) et de la queue (rayée ou non).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

​​

 

Quels problèmes l'iguane commun pose-t-il pour l'iguane des Petites Antilles ?

 

La plus grande menace à ce jour pour l'iguane des Petites Antilles est constituée par la prolifération de l’iguane commun, arrivé dans les Petites Antilles dès la fin du XIXe siècle par l’intermédiaire de l’homme, et en rapide expansion depuis les années 1950.

 

Les deux espèces, pourtant génétiquement bien distinctes, sont capables de se reproduire entre elles et de produire des hybrides fertiles (Day and Thorpe 1996, Breuil 2013, Valette and al 2013, Knapp and al 2014).

 

Cette hybridation, dans les zones où les deux espèces sont en contact, conduit à une dilution du génome de l’iguane des Petites Antilles.

 

Ajouté à la compétition exercée par l’iguane commun dont l’écologie est très proche de celle de l’iguane des Petites Antilles, ce phénomène est directement lié à l’extinction de l’espèce sur plusieurs îles comme par exemple Les Saintes (Breuil, 2002), où l’on ne retrouve plus que des hybrides et des iguanes communs.

 

Règlementation

 

La vulnérabilité de l’iguane des Petites Antilles a entraîné la prise de mesures de protection par la législation nationale. Cette espèce est protégée par les arrêtés ministériels du 17 février 1989 relatifs aux mesures de protection des reptiles et amphibiens dans les départements de la Martinique (annexe 1) et de la Guadeloupe (annexe 2) incluant les territoires de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy.

 

Ainsi, « Sont interdits sur tout le territoire des départements de la Martinique et de la Guadeloupe et en tout temps la destruction, la mutilation, la capture ou l'enlèvement, la naturalisation des espèces visées, qu’elles soient vivantes ou mortes, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur mise en vente, leur vente ou leur achat.»

 

  • Facebook
  • gmail